Sélectionner une page

Lavelanet. Au Casino, l’engagement militant de l’apicultrice

L’intérêt du public pour le monde des abeilles a quelque chose de réconfortant. Les 66 entrées payantes pour voir le documentaire « Honeyland » projeté vendredi au Casino en est un témoignage. Outre la qualité du film, nominé deux fois aux Oscars, la présence d’apiculteurs pour animer le débat était attractive. Paul Megret de Cadarcet et Agathe Cauchard de Montferrier ont fait part de leur expérience professionnelle et engagé un échange qui aurait pu se prolonger, mais le couvre-feu intervenait à minuit. L’apicultrice du pays d’Olmes est installée depuis seulement deux ans avec une trentaine de ruches et tourne le dos à une apiculture industrielle qu’elle qualifie de « maltraitante » (lire notre article du 24 octobre). « Je milite pour le respect du vivant et de la biodiversité, je m’inspire des principes de la permaculture. Je suis à la recherche de mon apiculture, en accord avec mon éthique. » Elle se sent « gardienne » du plus grand pollinisateur de la planète, message qu’elle a délivré avec conviction et pédagogie. Et si « son » apiculture, résidait en cela ? Son « village des abeilles » est un support qui lui permet de réaliser de nombreuses prestations pédagogiques : formations, classes vertes, parrainages de ruches. Cet été, tous les mardis de mi-juillet à fin septembre, elle a organisé des randos-découverte dans le cadre du programme d’animations touristiques « Sensations Pays d’Olmes ».

Article de Alain Eychenne, Correspondant de La Dépêche du Midi, Pyrénées cathares