Sélectionner une page
#News Saison 2020

#News Saison 2020

L’année 2020 fut bien évidemment marquée par le Covid mais cela n’a pas empêché Apigaïa de se développer significativement en Pays d’Olmes, terres de Cathares ! Sous le drapeau de la Pédagogie et de l’Engagement, Agathe Cauchard a ainsi réalisé 5 Parrainages de ruche, 5 Randonnées découverte, 1 Intervention publique et l’aménagement d’1 magasin en Miellerie pédagogique, futur « Musée » de l’Abeille Oubliée. Dans le cadre du Plan de Relance, une demande de subvention a d’ailleurs été faite pour le seul objectif de développer la Miellerie et de passer de 100 visiteurs cet été 2020 à 300 visiteurs en 2021. De plus, le pôle Management se développe très bien avec l’accompagnement de 3 Entrepreneurs, ce qui a permit d’investir directement dans l’Apiculture. Le cheptel s’élève ainsi à 27 essaims en fin de saison et la Miellerie a accueilli un extracteur de 18 cadrons. 

30 Ruches de Montagne

Cette année fut celle de l’Élevage ! Avec la division des ruches de l’année précédente, le cheptel s’est agrandi à 14 essaims en Abeilles Caucasica et Carnica, avant d’accueillir 13 autres essaims d’Abeilles Noires cette fois-ci ! Et il est clair que l’agressivité sur le Rucher est devenue une caractéristique ! Cela n’a pas découragé les Parrains et les groupes de venir leur rendre visite, à distance bien entendu ! Le Miel de Châtaignier Tilleul fut par ailleurs, particulièrement apprécié, et référencé pour la première fois à La Maison de la Montagne à Montferrier.

Les Rando-découvertes de l’été

Référencées sur le Guide Sensations des Pays d’Olmes et sur la Bougeotte de l’Ariège, les Rando-découvertes se sont tenues tout l’été, les mardi après-midis. J’ai ainsi rassemblé 5 groupes de 10 à 20 personnes sur 5 dates afin de faire découvrir aux touristes le monde fascinant des abeilles. J’ai ainsi été très heureuse d’accueillir quelques enfants de l’Association Sauvegarde 31 et de l’École parentale Montessori l’Envol de l’Alouette.

2 Articles de presse dans la Dépêche

Alain Eychenne, Correspondant de La Dépêche du Midi Pyrénées cathares, m’a contacté cet automne après avoir pris connaissance de mon intervention publique le vendredi 23 octobre au cinéma Le Casino de Lavelanet. Il m’a ainsi proposé de publier un article sur Apigaïa, puis un second article sur l’intervention. J’y ai partagé ma vision de l’apiculture suite à la diffusion du film Honeyland. J’ai constaté que beaucoup s’inquiètent pour l’abeille et souhaitent comprendre les causes de l’extinction, proposer leur aide pour changer un minima les choses… Un bel espoir pour mon projet de sauvegarde locale et de ré-introduction d’arbres mellifères.

Une Miellerie pédagogique de l’Abeille Oubliée

J’ai acquis cette année 4 grands Tableux Pédagogiques que j’ai affiché dans la Miellerie, local que j’aménage professionnellement depuis l’automne. Il s’agit d’une ancienne boulangerie avec une vitrine qui donne sur l’unique épicerie du Village ! Je l’aménage de manière à accueillir mes clients 2021 dans un atelier d’extraction du Miel bien entendu, mais aussi un « Musée de l’abeille oubliée », soit : un lieu de remise en cause de l’Apiculture intensive.

Une pensée pour Domi Trolliet…

Productrice de Plantes Médicinales depuis plus de 40 ans dans la Vallée de Vicdessos en Ariège

Je pense toujours à ma Fée des Plantes avec qui j’ai tellement grandi et partagé des états de conscience très profonds sur nos conditions humaines et l’espoir que nous pouvons tout de même avoir malgré tout. Un amour, une amitié, une flamme éternelle.

 

Article La Dépêche du Midi, Octobre 2020

Article La Dépêche du Midi, Octobre 2020

Lavelanet. Au Casino, l’engagement militant de l’apicultrice

L’intérêt du public pour le monde des abeilles a quelque chose de réconfortant. Les 66 entrées payantes pour voir le documentaire « Honeyland » projeté vendredi au Casino en est un témoignage. Outre la qualité du film, nominé deux fois aux Oscars, la présence d’apiculteurs pour animer le débat était attractive. Paul Megret de Cadarcet et Agathe Cauchard de Montferrier ont fait part de leur expérience professionnelle et engagé un échange qui aurait pu se prolonger, mais le couvre-feu intervenait à minuit. L’apicultrice du pays d’Olmes est installée depuis seulement deux ans avec une trentaine de ruches et tourne le dos à une apiculture industrielle qu’elle qualifie de « maltraitante » (lire notre article du 24 octobre). « Je milite pour le respect du vivant et de la biodiversité, je m’inspire des principes de la permaculture. Je suis à la recherche de mon apiculture, en accord avec mon éthique. » Elle se sent « gardienne » du plus grand pollinisateur de la planète, message qu’elle a délivré avec conviction et pédagogie. Et si « son » apiculture, résidait en cela ? Son « village des abeilles » est un support qui lui permet de réaliser de nombreuses prestations pédagogiques : formations, classes vertes, parrainages de ruches. Cet été, tous les mardis de mi-juillet à fin septembre, elle a organisé des randos-découverte dans le cadre du programme d’animations touristiques « Sensations Pays d’Olmes ».

Article de Alain Eychenne, Correspondant de La Dépêche du Midi, Pyrénées cathares

Article La Dépêche du Midi, Octobre 2020

Article La Dépêche du Midi, Octobre 2020

Montferrier – Réussir en Pyrénées cathares

Apigaïa, le village des abeilles d’Agathe Cauchard

Derrière la vitrine de l’ancienne boucherie de Montferrier, un laboratoire d’extraction de miel, un alambic traditionnel, une ruche colorée… joyeuse invitation à venir s’informer sur l’apiculture et déguster le miel d’Apigaïa.  « Après avoir acquis les méthodes intensives d’élevage au CFPPA d’Auterive, je compte acquérir le BPREA (1) et présenter un projet de légifération auprès de l’Europe ». Tel est le projet d’Agathe Cauchard, 35 ans, qui a installé il y a deux ans dans la commune son « village des abeilles ». La réussite de la jeune femme est singulière. Titulaire d’un Master entreprenariat, après une expérience concluante dans le Web marketing à Bordeaux, elle se remet totalement en question et se reconvertit : « J’ai tourné le dos à ce que je faisais, malgré ou à cause du succès de mon entreprise, car ça ne correspondait pas à mon éthique. Dans mon for intérieur, j’aspirais à sortir du productivisme, à entreprendre, certes, mais dans d’autre paradigmes. » Il est encore trop tôt pour parler de sa réussite commerciale dans le domaine de l’apiculture. Mais pour elle, réussir en Pyrénées cathares, c’est déjà fait de par son épanouissement personnel dans un pays qu’elle a découvert au gré de ses promenades et dont elle est tombée amoureuse.

Le troc, le parrainage, c’est sérieux

Avec sa sœur et son frère, elle loue depuis deux ans une maison du village, face à la mairie. La propriétaire a été sensible au projet d’Agathe, l’aînée de la fratrie, et a voulu encourager l’envie d’entreprendre de cette jeunesse qu’elle espère voir contribuer au dynamisme de Montferrier. L’apicultrice a deux sites d’exploitation apicole sur la commune. Une trentaine de ruches sont lovées dans un sous-bois de Paquetayre, près d’une ferme où sont cultivées, puis distillées, des plantes médicinales et aromatiques avec le label bio. Une association qui permet aux abeilles de participer à la pollinisation des plantes et à Agathe de profiter d’un miel de haute qualité gustative. « Un troc gagnant-gagnant, commente l’apicultrice. Je conçois le troc comme un échange économique à part entière, au même titre que le parrainage de mes ruches. » Plusieurs ruches portent en effet le prénom de leurs parraines et parrains et plusieurs essaims ont été cédés par un apiculteur en échange d’une prestation de construction d’un site web.  Agathe Cauchard met en jeu toutes ses compétences dans diverses activités : classes vertes, formation et accompagnement en apiculture, management pour la création d’entreprise, webmarketing, etc.          

(1) Brevet Professionnel Responsable d’exploitation agricole en productions animales ou horticoles

« L’apiculture industrielle précipite l’extinction des abeilles »

Avec l’évolution de la technologie, l’accroissement de la demande sur le marché, les apiculteurs ne se cantonnent plus à rester dans la tradition. Agathe Cauchard est en plein questionnement pour « trouver son apiculture ». « Beaucoup l’ignorent mais l’apiculture professionnelle n’est pas épargnée par l’industrie, constate-t-elle amèrement. A l’image des poulets ou des porcs de batterie, les abeilles subissent elles aussi une exploitation intensive et maltraitante. Pour cause, pour accéder aux subventions européennes et développer une chaine de production, un apiculteur professionnel doit exploiter 200 ruches minimum. » Il est temps, aux yeux de l’apicultrice de Montferrier, de modifier les textes en Europe. « Désormais, l’apiculteur professionnel n’a t-il pas le devoir de mettre en œuvre des programmes de sauvegarde de l’abeille ? Ne doit-il pas être un semencier engagé dans la réintroduction d’arbres et fleurs mellifères ? N’a t-il pas un statut particulier de « gardien » du plus important pollinisateur de notre planète ? » Légiférer le métier d’apiculteur est un combat politique qu’Agathe souhaite mener dans le long terme. « Aujourd’hui, j’étudie l’apiculture écologique avec Jean-Claude Guillaume et je m’inspire de ses travaux pour trouver mon apiculture. »

Article de Alain Eychenne, Correspondant de La Dépêche du Midi, Pyrénées cathares

Offre de Woofing 2020

Offre de Woofing 2020

7 jours – du 9 au 16 sept 2020
Apigaïa Permaculture & Management
09300 Montferrier, Ariège

Apiculture
Découverte du monde des abeilles et aide aux dernières interventions de la saison – 3 jours

Promotion Apiculture engagée
Écriture d’un texte de Rap sur l’apiculture intensive et pose des voix au micro – 2 jours

Cultures alimentaires et médicinales
Petits travaux d’entretien et de réparation, désherbage, cueillette – 2 jours

Je propose une petite semaine de woofing pour m’aider à terminer tranquillement la saison ! J’ai 30 ruches en moyenne montagne et des cultures alimentaires et médicinales. J’ai également un magasin en plein cœur de Montferrier, d’où j’accompagne des entrepreneurs dans leur création d’entreprise. Je me positionne sur un modèle d’entreprise pluri-active et j’ambitionne de développer une partie de mes activités en troc.

M’inspirant pleinement des principes de la Permaculture dans mon mode de vie, je vis avec mes frère et sœur et nous accueillons régulièrement des randonneurs au sein de notre chambre d’hôtes. Je recherche quelqu’un de sérieux, mâture, sensible au respect du vivant et de la nature. Je partagerai avec grand plaisir ma vision du monde et les actions militantes que j’entreprends au quotidien.

Si vous souhaitez vivre l’aventure, n’hésitez pas à nous faire part de votre intérêt par e-mail ou sur les réseaux !

#News Eté 2019

#News Eté 2019

L’été 2019 ne fut pas de tout repos ! Entre les essaims dans les arbres, la production de miel, la récolte de la propolis ou le sauvetage d’une ruche sans reine, les cas pratiques fut nombreux et c’est comme cela que je souhaitais lancer mon Apiculture ! J’ai pris grand plaisir à travailler avec mes premières abeilles, et je me suis sentie très investie d’une mission : celle de protéger et de bien m’occuper d’elles. Bienvenu dans le monde de l’élevage, mais… en conscience.

60 kg de Miel 100% Montagne

Pour l’extraction de cette petite récolte de miel, néanmoins historique, nous avons invité l’ensemble du voisinage ! En milieu rural et depuis des générations, la récolte et le travail du miel pouvait être l’affaire de tout un village ! Tel un art ancestral et fédérateur, j’ai découvert avec bonheur l’impact socio-culturel de l’apiculture… Et ce fut donc un vrai rendez-vous entre amateurs de miel, que d’extraire 60kg des cadres et goûter directement à la petite cuillère, avant de laisser reposer dans un maturateur pour 10 jours. J’ai finalement choisi d’ensemencer mon miel avec l’excellent Miel de Printemps de Magay de Garaby.

3 Litres de Macérat huileux de Consoude

Pour l’année 2020, je prépare mes premiers produits médicinaux avec la cire de mes abeilles ! Après avoir récolté des racines de Consoude en montagne, et soigneusement extrait ses principes actifs dans une huile portée à ébullition durant plusieurs heures, j’ai stocké à la Miellerie 3 litres de macérats huileux. Incorporés à ma cire pure d’opercules et quelques gouttes d’huiles essentielles, j’obtiendrai un Baume Naturel. Une soixantaine de pots vous seront proposés à la vente !

2 Ambassadeurs à Bordeaux et Toulouse

Après l’instauration des Parrains, est venu le temps des Ambassadeurs ! Je suis fière d’être représentée par Evrard Beauroy-Eustache à Bordeaux, Hypnotiseur de renom et Fondateur de Bee Institut ; et par Nicolas Giroud et Marie-Line Lamarque à Toulouse, spécialistes de l’Esotérisme et Fondateurs de Welcome Aum. L’objectif est de diffuser l’offre de Parrainage d’Apigaïa pour gagner des produits médicinaux !

1 Système sur mesure de Récolte de Propolis

Grâce à mon partenaire et constructeur de ruches, Jean Pastre, nous avons étudié un système sur mesure de Nourrisseur et Trappe à Propolis intégrée. Trois objectifs : réduire le nombre d’éléments à la ruche, ouvrir ou fermer une petite ouverture pour le nourissement, ouvrir ou fermer une grande ouverture avec filet pour la Propolis. Dans la même dynamique, nous avons étudié un système de cadres adaptés pour passer d’un modèle Dadant à Warré ou Kenyane… Ainsi, je pourrais facilement gérer mes Ruches, toutes différentes soient-elles. On ré-invente… c’est la grande classe !

Une pensée pour Magay de Garaby…

Apicultrice Professionnelle de renom depuis plus de 12 ans dans la Vallée de Vicdessos en Ariège

Je pense toujours à ma Guide chez qui j’ai découvert l’Apiculture de Montagne, mais avec qui j’ai par ailleurs longuement discuté sur l’avenir de l’élevage intensif et les conséquences néfastes des techniques industrielles.

 

#News Printemps 2019

#News Printemps 2019

Si Février 2019 sonna gentiment le départ de l’entreprise agricole Apigaïa, le Printemps fut particulièrement éprouvant. Et c’est le cœur plein de gratitude que je remercie très chaleureusement les Marraines et les Parrains de cette première année de lancement : Isabelle, Florie, Annie, Manon, Marie-Line, Marie-Claire, Céline, Élise, Yves et Cédric. Je remercie par ailleurs la Marraine d’Honneur d’Apigaïa qui n’est autre que Aline Dégeilh, Responsable de la Croix Rouge en Ariège, dont le soutien fut sans pareil.

15 Ruches Montagne 100% Maison

Grâce à mon Collaborateur Jean Pastre, éco-constructeur et fabricant de ruches, nous avons construit 15 ruches de modèles différents : Dadant, Warré, Kenyanne, Tronc. L’objectif est d’aménager un Rucher éclectique afin d’observer les abeilles dans divers habitats. De l’achat de planches brutes en Douglas pour construire les éléments jusqu’à la découpe de troncs d’arbres pour construire les tuiles des toits, nous avons maitrisé l’intégralité de la chaine de production ! Exceptés les grillages du toit et du plancher ainsi que les fixations, nous sommes fiers d’arborer des ruches quasi 100% bois et maison, esthétiques, solides… monstrueuses !   

8 Essaims made in Haute-Ariège

Grâce à ma Guide et Apicultrice de référence Magay de Garaby, qui fait de l’Apiculture de montagne depuis plus de 12 ans, je suis fière d’entretenir avec elle une collaboration privilégiée. J’acquiers donc mes Essaims d’abeilles noires, caucasiennes et carnica auprès de son Rucher du Saule à Siguer en Haute-Ariège. J’optimise ainsi la rusticité et la robustesse de mes abeilles face à l’hiver et à la maladie. Magay de Garaby privilégie, en effet, la sélection naturelle depuis une décennie, ce qui garantie une excellente adaptabilité de ses Essaims face aux difficultés environnementales très graves que nous connaissons. 

2 Terrains négociés en milieu Oasis

Basée à Montferrier, en Pays d’Olmes près du Château cathare de Montségur, je décide d’entreprendre l’installation de mes Ruchers Oasis uniquement sur la commune, qui, soit dit en passant, couvre 5000 hectares de 600 à 2300 m d’altitude. Ce Printemps 2019 ouvre ainsi les hostilités avec la négociation de 2 terrains dont l’un appartient à une Ferme Oasis Bio de 30 hectares en plantes médicinales, et l’autre à un particulier ayant accepté la seconde activité d’Apigaïa soit : la culture de plantes aromatiques et médicinales.

1 Classe Verte de 15 Enfants

En Mai, c’est avec joie que j’ai randonné avec une Classe Verte de 15 enfants, du centre ville de Montferrier jusqu’au Rucher principal soit 40 mn de marche, pour découvrir le monde fascinant des abeilles. Nous avons par conséquent, observer la constitution d’une Ruche vide, ainsi qu’un échantillon d’abeilles accompagnés de la Reine, dans une Ruchette d’exposition vitrée. Par groupes restreints, nous avons également visité le Rucher afin d’observer et de discuter calmement.

Je recommande !

Jean Pastre, Éco-constructeur d’Habitats Passifs et Fabricant attitré des Ruches d’Apigaïa, 100% bois d’Ariège
Un immense BRAVO pour son Talent et son Professionnalisme ! Si vous souhaitez accueillir une ou plusieurs Ruches artisanales dans votre domaine, ou recevoir la formation « Construction de Ruches Oasis », n’hésitez pas à prendre contact 😉 !

 

Pourquoi soutenir Apigaïa ?

Pourquoi soutenir Apigaïa ?

Apigaïa est un style d’apiculture qui s’intéresse autant à l’environnement qu’à l’insecte. Si la biodiversité est une condition indiscutable pour produire un miel d’exception, l’apiculteur ne doit-il pas se battre pour elle ? Pourquoi devrais-je accepter de modifier génétiquement mes abeilles pour qu’elles s’adaptent au fond ambiant de pollution et aux business plans ? Si personne ne s’érige pour tenter d’inverser les tendances, comment nos abeilles vont-elles finir ? Même si les robots pollinisateurs existent déjà, devons-nous nous attendre à élever des abeilles sans dard ou avec une paire d’ailes en plus ?